Églises et patrimoine

Parcourez l'histoire en Pays de Bazelle

 

 Anjouin
  L'église Saint-Martin

Village aux 2 églises

 

Anjouin est une commune qui possède deux églises. En effet, la commune possède un édifice religieux qui daterait du XIIème siècle, et qui fut vendu et transformé en grange au XIXème siècle.

 

Une nouvelle église fut édifiée, l’église Saint-Martin, construite autour de 1860 en seulement deux ans, et consacrée en 1865 par l’Archevêque de Bourges.

 

Cette église, de style néo-roman,  est caractérisée par une grande sobriété -  On peut constater un parti pris pour la simplicité et la qualité dans les églises de la région bâties au XIXème siècle ( Bagneux, Parpeçay, Varennes-sur-Fouzon ) peu fréquent à l’époque. 

 

L’église possède une cloche de 1691 qui est classée.

 

L’ancienne église Saint-Martin d’Anjouin, quant à elle est en partie romane, est notamment célèbre pour ses peintures et fresques murales qui dateraient du XIVème et XVème siècles.

 

Un ouvrage consacré à ces peintures, écrit par M. Jean-Luc STIVER, tente de répondre à certaines énigmes tant architecturales que picturales. Peintures murales Saint-Martin d’Anjouin.


 

 Bagneux
  L'église Saint-Austréségile

Église du XIXème siècle

Cette grande église, toute blanche, peut surprendre dans un village de 198 habitants, mais cela s’explique par le fait qu’elle ait bénéficié du soutien financier de la famille Longuerue qui possédait alors le château.

 

Achevée en 1881, cette église moderne de style roman byzantin, placé sous  le vocable de Saint-Austrégésile, à été réalisée par l’architecte Monsieur Réau de Blois et inauguré en 1882.

 

Elle remplace l’ancienne église, vendue aux enchères publiques en 1877 et participa au financement de la nouvelle église, dont elle a hérité d’une partie du mobilier.

 

Chose curieuse, elle n’est pas orientée vers l’Est, direction du soleil levant et symbole de résurrection, comme le veut la tradition mais vers le Sud-Ouest.


 

 Chabris
  L'église Saint-Phalier

Monument historique du XIème siècle

Cet  édifice remarquable est  dédié à Saint-Phalier, ermite natif de Limoges, qui s’installa sur les rives du Cher à Chabris. La légende lui attribue de nombreux miracles mais surtout le don de rendre la santé aux enfants. C’est sur sa sépulture, devenue après de nombreuses transformations la crypte actuelle, que s’élève encore aujourd’hui l’église de Saint- Phalier à Chabris.

 

Restaurée au XVème et XVIème siècles, notamment par Jean Cœur, fils de Jacques Cœur. Puis au XIXème siècle, on a construit une chapelle symétrique à la chapelle Sud et ajouté deux salles autour du cœur. Le porche qui fût dévasté en 1562, n’a jamais été restauré.

 

Classée Monument Historique depuis 1910, l'église conserve des parties de style roman du XIème siècle.

 

Le culte de Saint-Phalier fut certainement vivace puisque Louis XI lui-même vint en pélerinage à Chabris pour obtenir la guérison d’une méchante fièvre :

«Ayant été exaucé, raconte Mgr Villepelet, il fit faire une châsse de grand prix et donné exemption de taille à tous les habitants de Chabris par lettres patentes de 1482.»

 

Non loin de l'église, vous pourrez également découvrir un oratoire dédié à Saint-Phalier

 


 

 Dun-le-Poëlier
  L'église Saint-Hilaire

L'ancien prieuré

Au centre du bourg de Dun-le-Poëlier, qui occupe un éperon dominant la vallée du Fouzon, se trouve l’église Saint-Hilaire.

 

Construite aux XIIème et XVème siècles,  elle dépendait de l’abbaye de Déols et fût restaurée au XIXème siècle comme bon nombre de nos églises. Elle possède une nef qui date des débuts de l’art roman, les deux fenêtres et la porte latérale dans le mur Sud remontent au XVIIème siècle ; et au XIXème siècle, la nef a été consolidée, la façade ouest refaite et on a reconstruit le chœur en y ajoutant une chapelle au Nord ainsi que la sacristie. Elle possède deux cloches de 1847 et on peut souligner que le mobilier comporte plusieurs pièces remarquables.

 

Ce monument à l’architecture complexe et varié, est encastré dans une maison qui était l’ancien prieuré. 

 

En conclusion, cette église est un monument qui intrigue par la complexité de son architecture et qui émerveille par la qualité de son mobilier et de ses peintures, de quoi intéresser et réjouir les visiteurs.

 


 

 Orville
  L'église Saint-Sulpice

Charme rural

Ce petit bâtiment, dédié à Saint-Sulpice, a tout le charme d’une église romane de village. On possède très peu d’informations sur son histoire et sa construction car elle a été restaurée à de nombreuses reprises.

 

La partie la plus ancienne est la base des murs qui date probablement du début du XIème siècle et les arcs de trois des ouvertures ont été remployés lors d’une restauration complète, peut-être dès le XVIème siècle ou au plus tard en 1743. Par ailleurs, l’église possède une cloche baptisée Georgette.

 

Son robuste porche, appuyé sur deux piliers carrés, est abrité par une large toiture d’ardoise. 

 

Modeste édifice mais émouvant dans sa simplicité et harmonieux dans ses proportions, elle n’en reste pas moins le cœur du village et la mémoire de son patrimoine.

  

L’église possède également une série de vitraux qui, bien que modernes, dénotes par leur originalité. 


 

 Poulaines
  L'église Saint-Saturnin

Une église très singulière

Son architecture complexe donne à cette église, dédiée à Saint-Saturnin, plein de charme et d’intérêt.

 

C'est sur l'ancien prieuré de Saint-Saturnin dont il reste l'abside que l’église actuelle a été construite. Elle a subi des transformations importantes au XVème et XVIIIème siècles qui ont notablement modifiées son aspect, comme l’actuel clocher à la forme très singulière (sorte de bulbe surmonté d'une flèche).

 

Cette flèche tombera lors de la tempête du 12 mars 1967 et fût remplacée par une flèche moins haute dans le ciel de Poulaines.

 

Par ailleurs, on peut noter la richesse exceptionnelle du mobilier, notamment de belles boiseries ainsi que quinze stalles du XVIIème siècle, classées monuments historiques.


 

 Saint-Christophe-en-Bazelle
  L'église Saint-Christophe

Une église très singulière

Cette église dédiée à Saint-Christophe, datant du XIIème siècle, nous dévoile, dès notre arrivée, un imposant portail de style roman orné de sculptures qui cachent bien des mystères...

 

Elle comprend une nef unique avec voûte en berceau, un transept et croisées voûtées d’ogives, des colonnes à chapiteaux et un chœur de style gothique du XIIIème siècle.

 

Elle a bénéficié d’une importante restauration en 1862 ; la nef a notamment été reconstruite à cette époque.

 

L’église possède également une série de vitraux du XIXème siècle exécutée à Tours, où nous retrouvons la présence de nombreux saints aux cultes très répandus dont Sainte-Cécile (patronne des musiciens mais surtout car la cloche provient de l'ancienne église de la commune voisine du même nom) et naturellement Saint-Christophe lui-même en tant que patron de la paroisse.


 

 Val-Fouzon
  L'église Saint-Aignan à Parpeçay

Art et religion

Cet édifice remarquable dédié à Saint-Aignan se trouve au centre du village qui est situé sur la pente dominant la rive droite du Nahon.

 

Le chœur de l’église a été construit au XIIème – XIIIème siècle, puis il a été réparé et renforcé après la guerre de cent ans ( XVème – XVIème siècle ). C’est vraisemblablement à cette époque que l’église est passée du statut de prieuré à celui de paroisse, bénéficiant de l’aide financière d’un seigneur voisin. 

 

La particularité de cet édifice repose sur ses remarquables peintures murales et ses vitraux réalisés au XIXème siècle et restaurés récemment. 

 

En effet, après plus d’un siècle, l’église de Parpeçay a connu, grâce à l’action de la municipalité, une véritable cure de jouvence. Outre les travaux d’entretien nécessaires, l’une des grandes actions fut la restauration des peintures murales du XIXème siècle.

 

Visite incontournable du Pays de Bazelle, l’église Saint-Aignan de Parpeçay est ouverte tous les jours à la visite.

 


 L'église Saint-Jean-Baptiste de      Varennes-sur-Fouzon

Une église imposante

Impossible de ne pas remarquer ce grand monument blanc en plein cœur du village qu’il domine sans fausse modestie.

 

À première vue banale, cette église est pourtant surprenante et imposante. Elle est l’œuvre de l’architecte Alfred Dauvergne, qui participa à la construction d’un certain nombres d’églises dans le canton comme celle d’Anjouin ou à la restauration de celle de Parpeçay.

 

De façade imposante et soignée, son clocher domine l’ensemble de l’édifice et du village. La fonction principale de celui-ci est d’appeler les fidèles à la prière. Il est donc normal de le trouver assez haut pour être entendu des kilomètres à la ronde. 


  L'église Saint-Roch à Sainte-Cécile

Église privé

L’histoire du prieuré de Sainte-Cécile et de ses églises fut très liée à celle des abbayes de Barzelle et de Déols. Au fil des siècles, le culte de Saint-Roch eut une place primordiale dans la commune, un document manuscrit nous démontre que la paroisse était un lieu de procession de premier ordre et en 1586, des habitants de Romorantin venaient en pélerinage en l’église Saint-Roch et en sa léproserie.

 

Cet édifice complexe tire ses origines de l’époque romane.

 

Vendu comme Bien National, en l’an II de la République, il cessa alors d’être un bâtiment religieux et depuis ce jour reste un domaine privé non ouvert au public. 


Les grandes absentes sont les églises de Sembleçay et Menetou-sur-Nahon. Effectivement il ne reste aujourd’hui plus rien de la première, car suite à la révolution et à défaut de curé, l’église fut vendue comme Bien National, qui une fois en ruine servit de carrière à la construction d’habitation.

 

Celle de Menetou-sur-Nahon n’a guère eu plus de chance puisqu’elle ne survécut pas davantage au tourbillon révolutionnaire. Seules demeurent des portes et boiseries récupérées elles-aussi par les habitants pour l’édification de maisons.  

En voir également en Pays de Bazelle et ses environs

Les mÉgalithes

Le Pays de Bazelle au néolithique

A voir

Chemins de randonnée

Partez à la découverte du Pays de Bazelle

A voir

La vallée du Cher et du Fouzon

Espaces Naturels Sensibles

A voir

Office de tourisme Communautaire de Chabris - Pays de Bazelle

place Albert Boivin, 36210 - CHABRIS

Tél : 02 54 40 14 62 - Courriel : tourisme@chabris-bazelle.fr

Web : www.chabris-bazelle.fr/tourisme